Page d’accueil > Santé

Arthrite — Le rôle des produits de santé naturelle


On appelle « arthrite » toute affection provoquant des douleurs articulaires, des
gonflements, et des raideurs entrainant une invalidité. D’après l’Agence de
santé publique du Canada, l’arthrite touche 16 % des Canadiens de plus de 15
ans. Il existe différents types d’arthrite, parmi lesquels l’arthrose (ou « arthrite
d’usure »), la polyarthrite rhumatoïde et autres arthrites auto-immunes, l’arthrite
juvénile, le lupus érythémateux disséminé (LED), et la goutte. La douleur et les
lésions articulaires associées à l’arthrite sont dues à une inflammation
incontrôlée et une dégénérescence du cartilage. L’objectif du traitement est
donc de réduire l’inflammation et de favoriser la guérison des articulations. De
nombreuses personnes sont dépendantes des antalgiques et autres produits
pharmaceutiques pour pouvoir mener une vie normale, mais il existe plusieurs
thérapies naturelles permettant de soulager la douleur chronique..

Certains facteurs alimentaires peuvent déclencher une inflammation. Des
dégradations du fonctionnement digestif, notamment le développement
d’un « intestin perméable », ont été identifiées dans certaines maladies
inflammatoires chroniques, dont la fibromyalgie, l’arthrite juvénile, le lupus,
et la spondylarthrite ankylosante. Quand la barrière intestinale ne joue plus
son rôle, certaines protéines alimentaires qui ne peuvent normalement pas
passer dans le sang le font tout de même, déclenchant une réaction
immunitaire et entrainant le développement d’une hyperréactivité
immunitaire. Une étude réalisée sur des patients atteints de fibromyalgie
suggère chez eux un niveau élevé d’intolérance au gluten. Une autre étude,
menée auprès de patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde révèle une
augmentation du taux d’anticorps spécifiques présents dans leur liquide
intestinal. Les aliments en cause étaient notamment les protéines du lait de
vache (alpha-lactalbumine, bêta-lactoglobuline, caséine), des céréales, des
œufs de poule (ovalbumine), de la morue, et de la viande de porc. Les
légumes de la famille des solanacées (pomme de terre, tomate, poivron,
aubergine) ont été mis en cause, avec d’autres aliments inflammatoires,
dans la genèse de l’arthrose.

Bien que cela ne paraisse pas évident au premier abord, il a été démontré que
l’exercice physique permet de soulager la douleur et la raideur associées à
l’arthrose. L’exercice physique contribue au contrôle du poids et à la réduction
de la charge pesant sur les articulations. Il permet d’améliorer la force des
muscles soutenant les articulations, en même temps que la flexibilité et
l’amplitude de mouvement des tissus non contractiles comme les tendons et
les ligaments, qui participent au support articulaire. Une récente étude a par
exemple démontré que le suivi d’un programme d’exercices pour les hanches
réduisait de façon significative la douleur chez des femmes souffrant d’arthrose
de la hanche. Les résultats révélaient une réduction de 30 % de la douleur,
ainsi qu’une légère amélioration du fonctionnement articulaire et de la qualité
de vie liée à l’état de santé. La force des muscles extenseurs de la jambe
était augmentée de 20 %, et l’amplitude de mouvement de la hanche de 30 %.


Huiles de poisson

Les compléments alimentaires antiinflammatoires ont aussi un rôle à jouer dans
le traitement de l’arthrite. Les acides gras oméga‑3 de l’huile de poisson, l’acide
eicosapentaénoïque (AEP) et l’acide docosahexaénoïque (ADH), sont de
puissants nutriments antiinflammatoires. L’AEP et l’ADH stoppent l’action pro‑
inflammatoire de l’enzyme cyclooxygénase (COX‑2) et de l’enzyme lipoxygénase
(LOX). Ces enzymes métabolisent dans l’organisme les lipides de la membrane
cellulaire en substances inflammatoires. La COX‑2 métabolise l’acide
arachidonique (AA) en prostaglandines (PGE2) et leucotriènes pro‑inflammatoires.
Mais en utilisant l’AEP comme source d’énergie, la COX‑2 produit des substances
antiinflammatoires telles que la PGE3 et la LTB5. C’est ainsi que l’huile de poisson
a des propriétés similaires à celles des antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS,
par exemple l’aspirine), mais sans leurs effets secondaires gastro-intestinaux.


NEM®

On a pu démontrer que la membrane de coquille d’œuf naturelle (NEM®, de
l’anglais Natural Eggshell Membrane) soulage la douleur et la raideur
articulaires associées à l’arthrose. La NEM est un extrait breveté dont des
études pilotes et un essai aléatoire contrôlé ont démontré qu’il apporte une
amélioration appréciable dès sept jours de traitement. Comparée à un placébo,
une supplémentation à 500 mg de NEM pendant huit semaines a permis de
réduire la douleur et la raideur au genou tout au long de l’étude. Après
seulement 10 jours, la douleur était réduite de 15 % par rapport au placébo.


Boswellia

Le Boswellia, une plante ayurvédique appelée aussi arbre à encens, permet de
réduire l’inflammation liée à l’arthrose du genou. L’acide boswellique inhibe la
5‑lipoxygénase (5‑LOX), l’enzyme responsable de la production de leucotriènes
pro‑inflammatoires à partir de l’acide arachidonique. Lors d’essais cliniques,
l’extrait de Boswellia a systématiquement permis de soulager la douleur et
d’améliorer la capacité fonctionnelle après seulement sept jours de traitement.


Curcumine

La curcumine, extraite du curcuma, permet de réduire les substances
inflammatoires chez les patients atteints d’arthrose. L’administration de
curcumine à 100 patients souffrant d’arthrose a entrainé une diminution
significative des taux de marqueurs inflammatoires, dont l’interleukine
(IL)‑1β, l’IL‑6, le ligand soluble CD40 (sCD40L), la protéine d’adhésion
cellulaire vasculaire soluble (sVCAM)‑1, et la vitesse de sédimentation.
On a aussi observé une amélioration significative en ce qui concerne la
douleur, la raideur, et l’amplitude de mouvement articulaires, ainsi qu’une
amélioration de la distance parcourue à pied par les patients à l’ergomètre.


Probiotiques

La supplémentation en probiotiques peut également être utile pour les personnes
atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR). Dans une méta-analyse parue en 2018
de quatre essais aléatoires contrôlés portant sur 153 participants, les résultats
indiquent une légère diminution du taux de protéines C‑réactives (PCR), un
marqueur inflammatoire, ainsi qu’une réduction de l’activité de la maladie. Un
autre essai aléatoire a démontré qu’une supplémentation en probiotiques permet
de réduire l’activité de la maladie sur 28 articulations, en plus de réduire les taux
de PCR et d’insuline, ainsi que la glycémie.


Vitamine D

La vitamine D, un modulateur immunitaire, peut être aussi un complément utile
pour les patients souffrant d’arthrite, et notamment pour ceux qui sont atteints
de polyarthrite rhumatoïde et qui prennent des immunosuppresseurs stéroïdiens,
susceptibles de nuire à leur santé osseuse. Une étude récente a révélé qu’une
supplémentation en vitamine D venant compléter un traitement conventionnel
(glucocorticoïdes, stéroïdes, et méthotrexate) aboutissait à une amélioration
significative de la santé globale rapportée par les patients. Une autre étude
portant sur des patients souffrant d’arthrose (arthrite d’usure) a mis en évidence
le fait qu’un bon taux sanguin de vitamine D est associé à une perte
significativement moindre de volume du cartilage du tibia, une réduction du
volume synovial, et une meilleure fonctionnalité physique sur l’échelle de gravité
symptomatique de l’arthrose des membres inférieurs (WOMAC, Western Ontario
and McMaster Universities Arthritis Index
) par rapport aux patients présentant
une carence en vitamine D.

Les thérapies naturelles peuvent vous aider à rester en
bonne santé, actifs, et à réduire la douleur.


 

 Philip Rouchotas, MSc, ND

 Naturopathe renommé dans la communauté, il est aussi
 professeur associé et rédacteur-en-chef d'Integrated
 Healthcare Practitioners
.