Page d’accueil > Santé

La classe de ’74: Qu'en est-il de la fertilité masculine?


On croit souvent à tort, concernant la fécondité, que les femmes disposent à la naissance d’un nombre limité d’ovules, qui diminue avec le temps, alors que les hommes produisent chaque jour des spermatozoïdes par millions.

La recherche sur les cellules souches a prouvé que les femmes pouvaient en réalité produire de nouveaux ovules au cours de leur vie. Toutefois, la théorie selon laquelle les ovules ont une « date limite de conservation » est appuyée par le taux de fécondité plus bas des femmes plus âgées, et l’incidence plus forte d’anomalies chromosomiques et de fausses couches des grossesses tardives.

Quant aux hommes, ils produisent en effet quotidiennement des millions de spermatozoïdes qui ont leur propre « période de gestation », d’environ 74 jours, avant d’arriver à maturation. Au cours de cette période, ils développent des mitochondries et adoptent une forme ovale et un flagelle (queue) qui leur servira pour leur « voyage vers la conception ». Cette phase a lieu dans l’épididyme, un canal-réservoir situé derrière les testicules.

Bien que les spermatozoïdes acquièrent une sorte d’indépendance, ils demeurent toujours des cellules de l’organisme, et sont exposés aux mêmes nutriments, radicaux libres, et toxines environnementales que toutes les autres cellules du corps.

Tout homme qui désire devenir père devrait donc envisager de modifier son mode de vie pendant au moins quelques mois avant la conception, afin d’en améliorer ses chances. Les spécialistes en fécondité commencent par recommander un mode de vie « bon pour le cœur », comme étant synonyme de « spermatocompatible ». Pour bien débuter, accordez-vous une alimentation variée et de qualité, faites de l’activité physique régulière, évitez le tabac, et ayez une consommation modérée de caféine et d’alcool.

De nombreuses vitamines, minéraux, et nutriments permettent d’augmenter la quantité des spermatozoïdes, de protéger leur fragile ADN, et d’améliorer leur forme et leur motilité (capacité à atteindre leur destination). Voyons cela de plus près.

La l‑carnitine est un acide aminé qui joue un double rôle dans la fécondité masculine en transportant les acides gras vers les mitochondries (les centrales énergétiques cellulaires) dans tout le corps, augmentant ainsi l’énergie et l’endurance sexuelle grâce à des spermatozoïdes plus vigoureux et plus résistants aux radicaux libres.

La coenzyme Q10, depuis longtemps considérée comme un puissant antioxydant et cofacteur de production énergétique au niveau cellulaire, est un must, non seulement pour la santé cardiaque, mais aussi pour la force motrice spermatique. La N‑acétylcystéine est un autre antioxydant qui a fait ses preuves cliniques comme aide à la production et à la motilité des spermatozoïdes.

L’astaxanthine, un puissant caroténoïde biologiquement actif et produit par la microalgue Haematococcus pluvialis, compte parmi les meilleurs antioxydants pour favoriser l’état et la motilité des spermatozoïdes. On en trouve également dans le saumon et les coquillages, pour qui H. pluvialis constitue une source alimentaire. L’astaxanthine est aussi utilisée dans de nombreux produits naturels pour la préservation de la vision et la santé cardiovasculaire. Le lycopène est un autre caroténoïde d’importance qui protège les spermatozoïdes des radicaux libres.

Une étude pilote menée en Inde a montré que la racine d’ashwagandha favorisait la production de testostérone chez l’homme, avec comme conséquence une hausse du nombre de spermatozoïdes et de leur motilité. Éviter les carences en vitamines est un bon point de départ pour la santé en général. Pour les futurs pères, les vitamines C et E sont des cofacteurs essentiels de la croissance et de la motilité des spermatozoïdes. Le zinc et le sélénium forment un tandem de minéraux tout autant favorables sur la capacité des spermatozoïdes à atteindre leur but. Les huitres et les noix du Brésil sont d’excellentes sources alimentaires pour ces deux minéraux couramment utilisés dans les produits pour la fécondité masculine.

En matière de fécondité masculine, un mode de vie sain et des nutriments favorables à la conception vous permettront de partir d’un « bon pied génétique ». Le véritable défi, ensuite, commence avec la paternité et les merveilles qui l’accompagnent. Profitez-en bien !

 

Gordon Raza, BSc

En tant que rédacteur technique de Fleurir, Gord partage
son point de vue unique sur les produits de santé naturels,
la nutrition, et la vie active.