Contactez-nous : 1 800 268-9486
Page d’accueil > Santé

Pectine d’agrume modifiée

La pectine d’agrume modifiée (PCM) est une substance naturelle peu connue, mais utilisée depuis des années par les docteurs en naturopathie en complément du traitement du cancer. Elle présente également un intérêt pour ses effets chélateurs doux ainsi que pour son action cardiovasculaire. Cet article passe en revue les diverses utilisations de cette substance à découvrir.

La PCM est une forme de pectine d’agrume de faible poids moléculaire, qui a été structurellement modifiée pour atteindre un poids moléculaire spécifique. Cela lui permet de rejoindre plus facilement la circulation, et ainsi exercer ses propriétés thérapeutiques dans tout le corps [1][2]. La pectine d’agrume régulière (non modifiée), dérivée de la chair blanche des agrumes, a un poids moléculaire d’environ 50 à 300 kilodaltons, ce qui est beaucoup trop gros pour pénétrer dans le sang. À l’inverse, la pectine d’agrume modifiée a un poids moléculaire de 3 à 13 kilodaltons et peut donc plus facilement pénétrer dans la circulation.

Cancer

La galectine‑3 est une lectine appartenant à la famille des protéines de liaison au bêta-galactoside. La galectine‑3 est présente dans la plupart des tissus adultes, mais elle présente des concentrations élevées dans le microenvironnement tumoral (TME), car surexprimée par les cellules cancéreuses [3]. Selon Wang, « les galectines jouent un rôle majeur dans l’origine et le développement du cancer, notamment dans l’angiogenèse, l’adhésion cellulaire, l’invasion, et la migration » [4]. En outre, il a été démontré que la galectine‑3 exerce des effets immunosuppresseurs dans le TME, facilitant ainsi la croissance du cancer [3].

La recherche sur la galectine‑3 dans divers types de cancer montre que celle-ci est impliquée pour aider les cellules cancéreuses du sein à échapper à la surveillance immunitaire et à la destruction par les cellules T ; augmenter la résistance à la chimiothérapie des cellules cancéreuses utérines ; améliorer la mobilité des cellules gastriques et augmenter les métastases ; améliorer la croissance, la progression, l’angiogenèse, et les métastases des cellules de mélanome ; et accroitre la progression du gliome (cancer du cerveau) [3].

La galectine‑3 est une protéine de liaison au bêta-galactoside ; or, la PCM est riche en bêta-galactose et peut donc facilement se lier à la galectine‑3, bloquant ainsi ses effets nocifs [5]. Dans les modèles expérimentaux, la supplémentation en PCM a permis d’atteindre les objectifs suivants :

  • Sensibiliser in vitro des cellules cancéreuses de la prostate aux agents de chimiothérapie (cisplatine) [6].
  • Induire in vitro l’apoptose de cellules cancéreuses de la prostate, androgéno-dépendantes et indépendantes [7].
  • Activer in vitro les lymphocytes T‑cytotoxiques, les lymphocytes B, et les lymphocytes NK dans le cas de leucémie myéloïde chronique [8].
  • Induire des effets cytotoxiques synergiques avec le paclitaxel (chimiothérapie) sur les cellules cancéreuses de l’ovaire [9].
  • Induire l’apoptose au sein de lignées cellulaires du cancer du poumon [10].

Dans un essai de phase II impliquant 13 hommes atteints d’un cancer de la prostate et présentant un échec de l’antigène prostatique spécifique (PSA) après traitement localisé (à savoir une prostatectomie radicale, une radiothérapie, ou une cryochirurgie), il a été démontré que la supplémentation en MCP augmentait le temps de doublement du PSA [11]. Malgré la chirurgie et la radiothérapie, ces hommes présentaient des taux de PSA en hausse, prédictifs de la récurrence du cancer de la prostate. Toutefois, chez 70 % de ces hommes, le temps nécessaire pour doubler leur niveau de PSA après 12 mois de prise de MCP a augmenté de manière significative en comparaison à la période précédente, sans MCP. Cela signifie que la MCP retarde la récurrence du cancer de la prostate.

De nombreux docteurs en naturopathie formés au traitement du cancer ont utilisé la MCP avant et après une intervention chirurgicale pour réduire le risque de métastases (propagation du cancer) [12].

Maladie inflammatoire chronique

Il existe de nombreuses preuves sur l’implication de la galectine‑3, non seulement dans le développement du cancer, mais également dans d’autres maladies inflammatoires chroniques. Le rôle de la galectine‑3 dans les maladies cardiovasculaires est probablement le mieux élucidé, car elle se retrouve dans le remodelage cardiovasculaire et la fibrose [13]. En fait, la galectine‑3 a été approuvée comme test pronostique de l’insuffisance cardiaque chronique, et il est à savoir que des niveaux élevés de galectine‑3 prédisent un risque accru de décès [1]. La galectine‑3 a ainsi été associée à plusieurs autres maladies cardiovasculaires telles que l’anévrisme, la sténose aortique, etc [14][15]. Dans un article de Martinez et autres, les chercheurs ont rapporté que « l’obésité augmentait la production de Gal‑3 dans le système cardiovasculaire », et que « l’inhibition de la Gal‑3 avec de la pectine d’agrume modifiée (100 mg/kg par jour) réduisait les niveaux cardiovasculaires de Gal‑3, de collagène total, de collagène de type I, des facteurs de croissance transformants et connectifs, de l’ostéopontine, et de la protéine 1 chimioattractante pour les monocytes, dans le cœur et l’aorte d’animaux obèses, sans modification du poids corporel ni de la pression artérielle » [13]. En d’autres termes, la supplémentation en MCP chez les animaux réduit les marqueurs d’inflammation, de remodelage cardiaque, et de fibrose associés à l’obésité.

Chélation des métaux lourds

Enfin, il a été démontré que la MCP exerce une activité de chélateur doux sur les métaux lourds. Une étude pilote avec des patients en bonne santé a démontré que l’ingestion de 5 g de MCP trois fois par jour pendant cinq jours, et de 20 g le sixième jour, a entrainé une augmentation de l’excrétion de métaux lourds dans l’urine [2].

Après l’ingestion de MCP, les analyses d’urine ont révélé une augmentation de 130 % de l’excrétion d’arsenic, de 150 % pour le cadmium, et de 560 % pour le plomb. Les patients en question présentaient des taux corporels « normaux » de métaux lourds, définis comme étant asymptomatiques. Les auteurs ont suggéré que « la chélation systémique des métaux toxiques par le MCP pourrait être en partie imputable à la présence de la pectine rhamnogalacturonane II, dont les propriétés de chélation des métaux ont déjà été démontrées » [2].

Un autre rapport, de Zhou et autres, décrit la chélation au moyen de MCP chez des enfants atteints de saturnisme [16]. Dans cette étude, sept enfants hospitalisés dont le taux de plomb dans le sang était supérieur à 20 µg/dl et qui n’avaient reçu aucune forme de médicament chélateur ou de désintoxication pendant trois mois auparavant reçurent 15 g de MCP (PectaSol‑C®) par jour en trois doses fractionnées. Après 28 jours, les analyses de sang ont montré une « diminution majeure des concentrations de plomb dans le sérum » [16]. Cette diminution s’élevait en moyenne à 161 % et était concomitante à l’augmentation de la concentration en plomb dans les urines après 24 heures.

La MCP s’avère donc une substance naturelle qui exerce un certain nombre d’activités fascinantes, notamment des effets antimétastatiques dans les cas de cancer ; des effets chélateurs spécifiques au plomb, à l’arsenic, et au cadmium, mais aussi à d’autres métaux lourds ; ainsi que l’atténuation du remodelage cardiaque et la diminution des risques de maladie cardiaque induite par l’obésité.

Références

  1. Eliaz, I., et H. Fritz. « Galectin‑3: An emerging target and role of MCP. » Integrated Healthcare Practitioners (Sept 2012): 52–57.
  2. Eliaz, I., et autres. « The effect of modified citrus pectin on urinary excretion of toxic elements. » Phytotherapy Research, Vol. 20, N° 10 (2006): 859–864.
  3. Farhad, M., A.S. Rolig, et W.L. Redmond. « The role of Galectin‑3 in modulating tumor growth and immunosuppression within the tumor microenvironment. » Oncoimmunology, Vol. 7, N° 6 (2018): e1434467.
  4. Wang, L., et autres. « The role of galectins in cervical cancer biology and progression. » BioMed Research International, Vol. 2018 (2018): 2175927.
  5. Nangia-Makker, P., et autres. « Carbohydrate-binding proteins in cancer, and their ligands as therapeutic agents. » Trends in Molecular Medicine, Vol. 8, N° 4 (2002): 187–192.
  6. Wang, Y., et autres. « Calpain activation through galectin‑3 inhibition sensitizes prostate cancer cells to cisplatin treatment. » Cell Death & Disease, Vol. 1 (2010): e101.
  7. Yan, J., et A. Katz. « PectaSol‑C modified citrus pectin induces apoptosis and inhibition of proliferation in human and mouse androgen-dependent and-independent prostate cancer cells. » Integrative Cancer Therapies, Vol. 9, N° 2 (2010): 197–203.
  8. Ramachandran, C., et autres. « Activation of human T‑helper/inducer cell, T‑cytotoxic cell, B‑cell, and natural killer (NK)‑cells and induction of natural killer cell activity against K562 chronic myeloid leukemia cells with modified citrus pectin. » BMC Complementary and Alternative Medicine, Vol. 11 (2011): 59.
  9. Hossein, G., et autres. « Synergistic effects of PectaSol‑C modified citrus pectin an inhibitor of Galectin‑3 and paclitaxel on apoptosis of human SKOV‑3 ovarian cancer cells. » Asian Pacific Journal of Cancer Prevention, Vol. 14, N° 12 (2013): 7561–7568.
  10. Leclere, L., et autres. « Heat-modified citrus pectin induces apoptosis-like cell death and autophagy in HepG2 and A549 cancer cells. » PLoS One, Vol. 10, N° 3 (2015): e0115831.
  11. Guess, B.W., et autres. « Modified citrus pectin (MCP) increases the prostate-specific antigen doubling time in men with prostate cancer: A phase II pilot study. » Prostate Cancer and Prostatic Diseases, Vol. 6, N° 4 (2003): 301–304.
  12. Seely, D., et autres. « Naturopathic oncology care for thoracic cancers: A practice survey. » Integrative Cancer Therapies, Vol. 2018 (2018): 1534735418759420.
  13. Martínez-Martínez, E., et autres. « Galectin‑3 participates in cardiovascular remodeling associated with obesity. » Hypertension, Vol. 66, N° 5 (2015): 961–969.
  14. Fernandez-García, C.E., et autres. « Increased galectin‑3 levels are associated with abdominal aortic aneurysm progression and inhibition of galectin‑3 decreases elastase-induced AAA development. » Clinical Sciences, Vol. 131, N° 22 (2017): 2707–2719.
  15. Sádaba, J.R., et autres. « Role for galectin‑3 in calcific aortic valve stenosis. » Journal of the American Heart Association, Vol. 5, N° 11 (2016): e004360.
  16. Zhao, Z.Y., et autres. « The role of modified citrus pectin as an effective chelator of lead in children hospitalized with toxic lead levels. » Alternative Therapies in Health and Medicine, Vol. 14, N° 4 (2008): 34–38. Erratum dans : Alternative Therapies in Health and Medicine, Vol. 14, N° 6 (2008): 18.

Dre Heidi Fritz, MA, ND

Practicienne de naturopathie depuis 2007, elle s'intéresse à la santé des femmes et des enfants, à la douleur chronique, et plus.