Contactez-nous : 1 800 268-9486
Page d’accueil > Santé

Les graines de citrouille : Une source de protéines végétaliennes hypoallergéniques

La popularité croissante des régimes végétariens et végétaliens entraine un besoin de suppléments de protéines végétales de bonne qualité. Un sondage mené en 2015 auprès de 1 500 Canadiens âgés de 18 ans et plus révélait qu’environ 8 % d’entre eux disaient être végétariens ou principalement végétariens, tandis que 25 % déclaraient « essayer de manger moins de viande » [1]. Les chiffres sont généralement plus élevés chez les 18–35 ans [1]. Les produits végétaux contenant moins de protéines par portion que les produits animaux, les végétariens et végétaliens ont souvent besoin d’une supplémentation en protéines pour respecter les recommandations nutritionnelles. Le fait que de nombreux végétariens souffrent d’intolérances alimentaires vient compliquer la situation, limitant leurs possibilités de supplémentation grâce aux sources protéiques les plus courantes, telles que le soja ou le petit-lait [2]. Les graines de citrouille répondent précisément à ce besoin.

Les graines de citrouille sont une source de protéines de grande qualité et sont également riches en nutriments, dont des acides gras oméga‑3, ‑6, et ‑9 tels que, respectivement, l’acide alpha-linolénique (ALA), l’acide linoléique (LA), et l’acide oléique. Elles contiennent également des vitamines antioxydantes, dont des caroténoïdes et du tocophérol [3]. Une étude portant sur 30 patients sous dialyse a évalué l’effet de l’ajout à leur alimentation de 30 g d’un mélange de graines moulues de sésame, de citrouille, et de lin (respectivement 6 g, 6 g, et 18 g) [3]. Après 12 semaines, on observait chez ces patients une augmentation du taux sanguin d’acides gras linoléique, dihomo-gamma-linolénique (ADGL), arachidonique, alpha-linolénique (AAL), eicosapentaénoïque (AEP), docosapentaénoïque, et docosahexaénoïque (ADH). La consommation des graines était en outre associée à une diminution des taux sériques de triglycérides, de glucose, d’insuline, d’IR‑HOMA (un marqueur de résistance à l’insuline) ainsi que d’un certain nombre de marqueurs inflammatoires (TNF‑alpha, IL‑6, et hs‑CRP).

Les graines de citrouille constituent une riche source végétale de fer, en contenant jusqu’à 4 mg pour 30 g de graines [4]. On a pu montrer qu’une supplémentation en graines de citrouille permet d’améliorer le taux de fer chez les femmes [4]. Dans une étude portant sur huit femmes, une supplémentation de 30 g de céréales enrichies en fer (7,1 mg de fer) et de 30 g de graines de citrouille (4 mg de fer) par jour pendant 4 semaines a entrainé une hausse substantielle du taux de fer par rapport aux valeurs initiales [4]. Le taux de fer sérique était passé de 60 à 85 µg/dl ; la densité en transferrine, de 16 à 25 % ; et la capacité de liaison du fer, de 339 à 367 µg/dl ; tout cela témoigne d’un meilleur statut en fer.

Les protéines de graine de citrouille renferment les neuf acides aminés essentiels (*). Une portion de 30 g contient environ :

  • 3,3 g d’acide glutamique
  • 2,6 g d’arginine
  • 1,6 g d’acide aspartique
  • 1,2 g de leucine*
  • 1 g de glycine
  • 0,9 g de phénylalanine*
  • 0,9 g de tryptophane*
  • 0,9 g de valine*
  • 0,8 g d’alanine
  • 0,7 g de sérine
  • 0,7 g d’isoleucine*
  • 0,7 g de proline
  • 0,5 g de tyrosine
  • 0,5 g de lysine*
  • 0,4 g de thréonine*
  • 0,3 g d’histidine*
  • 0,3 g de méthionine*
  • 0,1 g de cystine

Étant hypoallergéniques, les protéines de graines de citrouille conviennent parfaitement aux personnes présentant des intolérances aux protéines de substitution les plus courantes, telles que celles du soja, du riz, et du petit-lait. Les intolérances alimentaires peuvent être associées à une large gamme de symptômes, parmi lesquels l’exéma atopique, l’asthme, le reflux gastro-œsophagien, le syndrome du côlon irritable (SCI), et autres troubles digestifs [2], mais aussi migraines, arthrite, douleurs chroniques, infections récurrentes, et diverses manifestations auto-immunes.

Les graines de citrouille sont une source particulièrement riche en tryptophane, un acide aminé précurseur de la sérotonine, important neurotransmetteur impliqué entre autres dans la régulation de l’humeur, du sommeil, de la motivation, et de l’appétit [5]. En particulier, les protéines de graine de citrouille riches en tryptophane semblent favoriser, quand elles sont consommées avec du glucose, le passage d’une grande quantité de tryptophane à travers la barrière hématoencéphalique, le glucose réduisant le taux sérique des gros acides aminés neutres (LNAAs) concurrents [6]. Lors d’un essai aléatoire contrôlé contre placébo (EACP), 57 patients souffrant d’insomnies chroniques ont été supplémentés avec soit 1) du tryptophane provenant de protéines de citrouilles et des glucides, 2) du tryptophane pharmaceutique, ou 3) des glucides seuls. La supplémentation en tryptophane d’origine protéique et en glucides a entrainé une amélioration significative des mesures objectives et subjectives de l’insomnie et, contrairement au tryptophane pharmaceutique, s’est aussi montrée efficace pour réduire le temps éveillé au cours de la nuit [5].

Une autre étude portant sur des patients souffrant d’anxiété sociale, utilisant le même tryptophane protéique avec glucides sous forme de barres, a montré un soulagement mesurable de l’anxiété [7].

Enfin, une dernière étude a évalué les effets de l’huile de graine de citrouille sur les paramètres métaboliques ainsi que sur les symptômes de la ménopause [7]. Dans un EACP portant sur 35 femmes postménopausées, une supplémentation pendant 12 semaines avec de l’huile de graine de citrouille a abouti à une augmentation significative du « bon » cholestérol HDL, et à une baisse de la tension diastolique (−6 mmHg), par rapport à de l’huile de germe de blé. De plus, les femmes qui prenaient de l’huile de graine de citrouille ont signalé un soulagement significatif des symptômes de la ménopause, avec des bouffées de chaleur moins marquées, ainsi que moins de maux de tête et de douleurs articulaires.

Pour conclure, les graines de citrouille sont une source de protéines de grande qualité, hypoallergéniques et riches en nutriments, idéales pour les végétariens et les végétaliens. Les protéines de graine de citrouille sont riches en acides gras oméga‑3 et oméga‑6, et elles sont une bonne source végétale de fer et de tryptophane, un précurseur de la sérotonine dans le cerveau. Les protéines de graine de citrouille ont des effets métaboliques positifs sur le cholestérol, la glycémie, et la résistance à l’insuline, ainsi que des propriétés antiinflammatoires. Enfin, le tryptophane des graines de citrouille permet de soulager l’insomnie et les symptômes associés à la ménopause.

Références

  1. Statista. Prevalence of vegetarian consumers and people attempting to eat less meat in Canada in 2015. · https://www.statista.com/statistics/544771/vegetarian-prevalence-canada/ · Publié en 2016‑03. · Consulté le 2018‑11‑13.
  2. Ho, M.H., W.H. Wong, et C. Chang. « Clinical spectrum of food allergies: A comprehensive review. » Clinical Reviews in Allergy & Immunology, Vol. 46, N° 3 (2014): 225–240.
  3. Ristic-Medic, D., et autres. « Effects of dietary milled seed mixture on fatty acid status and inflammatory markers in patients on hemodialysis. » TheScientificWorldJournal, Vol. 2014 (2014): 563576.
  4. Naghii, M.R., et M. Mofid. « Impact of daily consumption of iron fortified ready-to-eat cereal and pumpkin seed kernels (Cucurbita pepo) on serum iron in adult women. » Biofactors, Vol. 30, N° 1 (2007): 19–26.
  5. Hudson, C., et autres. « Protein source tryptophan versus pharmaceutical grade tryptophan as an efficacious treatment for chronic insomnia. » Nutritional Neuroscience, Vol. 8, N° 2 (2005): 121–127.
  6. Hudson, C., S. Hudson, et J. MacKenzie. « Protein-source tryptophan as an efficacious treatment for social anxiety disorder: A pilot study. » Canadian Journal of Physiology and Pharmacology, Vol. 85, N° 9 (2007): 928–932.
  7. Gossell-Williams, M., et autres. « Improvement in HDL cholesterol in postmenopausal women supplemented with pumpkin seed oil: Pilot study. » Climacteric, Vol. 14, N° 5 (2011): 558–564.