Contactez-nous : 1 800 268-9486
Page d’accueil > Santé

D’où viennent vos « blues » de l’hiver ? (et comment vous en débarrasser !)

Pour certains, l’hiver est la plus formidable saison de l’année : l’air vif, la neige blanche, les formes en huit esquissées sur la patinoire, et enfin, un bon chocolat bien chaud où fondent de petites guimauves pour former une mousse de douceur. #lebonheur

Toutefois, ce n’est certainement PAS le quotidien de bien des Canadiens. On estime que jusqu’à 15 % des Canadiens souffrent des « blues » de l’hiver : irritabilité, fatigue, baisse d’énergie et sentiment d’anxiété. Les « blues » de l’hiver constituent une forme légère des troubles affectifs saisonniers, sorte de dépression qui touche de deux à trois pour cent de la population en général.

Qu’est-ce donc qui rend si difficile le simple fait de vouloir s’extirper du lit par un matin glacial de février?

Eh bien, de nouvelles recherches ont été entreprises sur l’activité neurochimique à l’origine de nos pensées et de nos actes, surtout pendant les périodes de jours froids et sombres.

Un récent article, publié dans la revue Brain, indique que ces symptômes, en hiver, seraient dus à un changement de la manière dont le cerveau utilise la sérotonine, cette hormone de « bien-être ». Ainsi, le cerveau sécrète la sérotonine, mais agit ensuite telle une éponge, la réabsorbant entièrement, et l’empêchant d’agir et de nous rendre heureux. Les cerveaux des personnes aux prises avec des troubles affectifs saisonniers avaient en général une teneur plus basse de sérotonine, qui stimule le sentiment de « bonheur », en hiver qu’en été.

Cette situation peut avoir un certain nombre d’effets secondaires; elle peut engendrer une hausse de l’appétit et nous rendre léthargiques. 

Alors, comment combattre les « blues » de l’hiver?

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, l’un des facteurs à l’origine de ces symptômes est la diminution des heures de clarté que nous connaissons ici au Canada pendant l’hiver. Cette baisse peut avoir des effets sur notre alimentation et sur d’autres facteurs de bien-être. En adoptant une approche holistique, incluant exercice physique, alimentation et produits naturels, pour éviter ces symptômes avant même qu’ils commencent, vous pourriez passer le meilleur hiver que vous n’ayez jamais eu.

Chassez les blues par l’alimentation

Consommez des aliments riches en bons gras et en protéines énergisantes. 

La sérotonine est constituée de tryptophane, un acide aminé que l’on trouve dans les noix, les graines, le tofu et le poisson. Certaines études récentes, publiées dans le British Journal of Nutrition, révèlent qu’une alimentation riche en protéines contenant du tryptophane, particulièrement en période d’ensoleillement réduit, peut atténuer les symptômes d’anxiété ou de dépression.

Des suppléments pour l’humeur  

Les suppléments représentent aussi une source de composés favorables à l’humeur qui peuvent vous aider à passer au travers des mois sombres de l’hiver. Un certain nombre de produits naturels ont été associés à une amélioration de l’humeur, notamment la SAMe, les acides gras oméga-3 à chaîne longue et la vitamine D. Le tryptophane, cet acide aminé utilisé pour la production de la sérotonine, est aussi disponible en suppléments sous forme de L-tryptophane. 

Faites de l’exercice

Il est démontré que l’exercice atténue le stress et améliore le bien-être général. Si c’est possible, sortez marcher le midi afin de profiter un peu du soleil et activer la circulation. Si vous optez pour de l’exercice à l’intérieur, tournez-vous vers une large fenêtre pour obtenir un peu de lumière naturelle.

Importance de la lumière

La luminothérapie est utilisée de plus en plus couramment comme traitement des troubles affectifs saisonniers. Cependant, il n’est pas nécessaire d’obtenir un diagnostic pour utiliser un éclairage du spectre naturel qui simule les couleurs de la lumière du jour. Il vous suffit d’allumer votre lampe pendant que vous prenez votre petit déjeuner par un sombre matin d’hiver avant de partir au travail. 

Si vous avez tendance à vous sentir dépressif vers la fin de l’hiver, songez à ces quelques simples additions à vos habitudes hivernales. La consommation accrue d’aliments riches en protéines, un supplément qui vous donnera un petit regain d’énergie ou de l’exercice et une lampe de luminothérapie pourraient se révéler des moyens efficaces d’éloigner les « blues » de l’hiver. 

Si vous ou une personne chère souffrez de symptômes de dépression graves, il est très important de consulter un praticien de la santé.