Page d’accueil > Naturopathic Currents

Cinq champignons médicinaux et leurs bienfaits pour la santé


Les champignons sont utilisés en médecine depuis des milliers d’années, principalement en raison de leurs bienfaits sur le système immunitaire, le système nerveux, le foie, et les reins. En Chine et au Japon, les champignons font partie de la médecine, en particulier comme tonique pour soutenir la santé globale. Au cours des dernières années, les champignons médicinaux ont gagné en popularité et se retrouvent maintenant dans les aliments, les suppléments, et les boissons comme le thé et le café.

Voici une liste de cinq différents champignons médicinaux utilisés traditionnellement pour préserver la santé.


Chaga : Un champignon pour le système immunitaire

Le chaga (Inonotus obliquus) est utilisé pour ses propriétés antioxydantes, antitumorales, et antivirales.

Au cours des dernières années, de nouvelles recherches ont démontré que le chaga réduit les dommages de l’inflammation sur l’ADN de personnes souffrant du syndrome du côlon irritable, diminue la taille des tumeurs et des métastases dans un modèle du carcinome du poumon chez la souris, protège le foie et diminue les niveaux élevés d’enzymes hépatiques, et enfin protège contre l’infection par le virus de l’herpès simplex 1.

Avertissement sur les champignons chaga : un rapport de mise en garde sur les effets secondaires du chaga fut émis suite à un problème rénal causé par des niveaux élevés d’oxalate contenus dans un extrait pris oralement, ou causé par un ensemble de facteurs individuels mal compris. Les méthodes d’extraction peuvent varier d’une entreprise à l’autre, et il est important de consulter un praticien de soins de santé avant de prendre des suppléments de champignons.

Le chaga pourrait donc être utile pour ceux qui sont sujets aux infections à HSV‑1, pour soutenir le système immunitaire, et pour les personnes en prise avec de l’inflammation et dont le foie aurait besoin de soutien.


Cordyceps : Un champignon pour vos poumons… et tout le reste !

Cordyceps sinensis, qui n’est pas taxonomiquement un champignon, est traditionnellement utilisé comme tonique panacée, pour améliorer l’énergie, l’endurance, l’appétit, la libido, et les habitudes de sommeil. Il soutient le système immunitaire, les reins, et le foie ; et il a de fortes propriétés antioxydantes et antitumorales.

En Chine, des recherches ont démontré que le cordyceps diminue les symptômes d’asthme et d’inflammation, tout en améliorant la fonction pulmonaire et la qualité de vie chez les patients souffrant d’asthme modéré à sévère. Dans des modèles animaux, il a préservé les cellules pancréatiques chez les diabétiques, en plus de protéger les reins et le foie ; il a limité la quantité de lésions cérébrales subies après un AVC ; et il a été utilisé comme complément naturel aux traitements conventionnels de la tuberculose.

Le cordyceps pourrait donc être utile pour les personnes atteintes de maladie rénale, pour ceux qui ont souffert ou sont plus à risque d’hypoxie (mal d’altitude, accidents vasculaires cérébraux, crise cardiaque), et comme tonique pour ceux qui souffrent de fatigue chronique.


Coriolus : Un champignon pour le système immunitaire et le cancer

Coriolus versicolor, appelé yun zhi en Chine, comme les autres champignons mentionnés ici, a des effets immunostimulants, antioxydants, et antitumoraux. Il est approuvé en Chine et au Japon pour les patients atteints de cancer en complément de la chimiothérapie ou de la radiothérapie.

Des études sur ce champignon ont corroboré en laboratoire ses effets antitumoraux contre le cancer de l’œsophage et la leucémie. Le composé en grande partie responsable de cette propriété est un polysaccharopeptide qui active les cellules immunitaires et améliore la communication intercellulaire. D’autres recherches sont menées sur ses effets antibactériens contre des bactéries telles que Staphylococcus aureus et Salmonella enteritidis, sa capacité à inhiber voire supprimer la maladie de l’intestin irritable, et son rôle antioxydant et antiinflammatoire pour le système nerveux.

Coriolus pourrait donc être utile comme thérapie de soutien pour ceux qui subissent certains types de traitements contre le cancer ou des régimes antimicrobiens, pour la maladie de l’intestin irritable, et comme soutien immunitaire général.


Hericium erinaceus : Un champignon pour vos nerfs, votre digestion, et votre immunité

Hericium erinaceus est traditionnellement
utilisé pour traiter l’inflammation gastro-intestinale comme la gastrite et les ulcères, pour ses propriétés antitumorales, ainsi
que pour son action protectrice sur le
système nerveux. Ses usages traditionnels
sont maintenant corroborés par des recherches dans les modèles animaux : il contient des antioxydants extrêmement actifs, renforce notre immunité, a un effet protecteur sur notre paroi intestinale, diminue la production de marqueurs inflammatoires chez la souris, réduit les taux de lipides et induit une perte de poids après la ménopause, diminue le taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang, et protège le foie, tout en renforçant son rôle de détoxication du corps.

Concernant le système nerveux, il a été démontré qu’Hericium erinaceus a des effets neuroprotecteurs pour traiter et prévenir la maladie d’Alzheimer ainsi que la maladie de Parkinson. En fait, il a été récemment démontré qu’il a amélioré la mémoire de reconnaissance dans des modèles animaux normaux, et qu’il a diminué le temps nécessaire à des souris Alzheimer pour s’endormir la nuit.

Ce champignon pourrait donc être utile pour ceux qui ont une inflammation intestinale (SCI, gastrite, ulcère), pour ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson (ou en prévention), et pour ceux qui veulent un soutien immunitaire et hépatique.


Reishi : Un champignon pour le foie et le cancer

Le reishi (Ganoderma lucidum) est utilisé traditionnellement pour ses propriétés antitumorales et antioxydantes. Au Japon, il est choisi comme tonique du foie et pour améliorer la réponse au stress.

Il a été démontré que le reishi réduit les marqueurs tumoraux associés à quelques lignées cellulaires cancéreuses différentes, telles que celles du mélanome, du sein, du côlon, de la prostate, et du nasopharynx. Des études menées auprès d’humains ont démontré qu’il protège notre système nerveux contre les effets du stress, diminue les marqueurs inflammatoires dans le système nerveux en cas de maladie de Parkinson, ramène le foie gras (en phase initiale) à son état normal, stimule une variété de différentes cellules du système immunitaire, et a des effets antidépresseurs et anxiolytiques.

Le reishi est donc un champignon qui pourrait être utile pour ceux qui ont des problèmes de foie, la maladie de Parkinson, ou un stress prolongé avec anxiété ou dépression.


Conclusion

À partir de ces descriptions, on peut constater que les champignons médicinaux ont un grand potentiel pour la santé humaine en ce qui concerne l’immunité et l’inflammation, d’autant plus qu’ils peuvent être utilisés dans la plupart des cas en toute sécurité en complément des thérapies conventionnelles. Ils semblent tous conférer de grands bienfaits au système nerveux et au foie, peut-être parce que ce sont des parties du corps très facilement affectées par le stress oxydatif. Cependant, différents solvants extraient à partir des champignons des composés différents et en quantités variables. Il est donc important de consulter un praticien de soins de santé avant d’en consommer.

 

Références

  1. Najafzadeh, M., et al. “Chaga mushroom extract inhibits oxidative DNA damage in lymphocytes of patients with inflammatory bowel disease.” BioFactors. 2007; 31(3-4): 191-200.
  2. Arata, S., et al. “Continuous intake of the chaga mushroom (Inonotus obliquus) aqueous extract suppresses cancer progression and maintains body temperature in mice.” Heliyon. Vol. 2, No. 5 (2016): e00111.
  3. Hong, K.B., et al. “Hepatoprotective activity of water extracts from chaga medicine mushroom, Inonotus obliquus (higher basidiomycetes) against tert-butyl hydroperoxide-induced oxidative liver injury in primary cultured rat hepatocytes.” International Journal of Medicinal Mushrooms. Vol. 17, No. 11 (2015): 1069–1076.
  4. Polkovnikova, M.V., et al. “[A study of the antiherpetic activity of the chaga mushroom (Inonotus obliquus) extracts in the Vero cells infected with type I herpes simplex virus]” (article in Russian). Voprosy Virusologii. Vol. 59, No. 2 (2014): 45–48.
  5. Kikuchi, Y., et al. “Chaga mushroom–induced oxalate nephropathy.” Clinical Nephrology. Vol. 81, No. 6 (2014): 440–444.
  6. Panda, A.K., and K.C. Swain. “Traditional uses and medicinal potential of Cordyceps sinensis of Sikkim.” Journal of Ayurveda and Integrative Medicine. Vol. 2, No. 1 (2011): 9–13.
  7. Wang, N., et al. “Herbal medicine Cordyceps sinensis improves health-related quality of life in moderate-to-severe asthma.” Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine. Vol. 2016 (2016): 6134593.
  8. Kan, W., et al. “Effects of extract from solid-state fermented Cordyceps sinensis on type 2 diabetes mellitus.” Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine. Vol. 2012 (2012): 743107.
  9. Liu, Z., et al. “Protective effect of extract of Cordyceps sinensis in middle cerebral artery occlusion-induced focal cerebral ischemia in rats.” Behavioral and Brain Functions. Vol. 6 (2010): 61.
  10. Li, D.G., and Z.X. Ren. “Cordyceps sinensis promotes immune regulation and enhances bacteriostatic activity of PA‑824 via IL‑10 in Mycobacterium tuberculosis disease.” Brazilian Journal of Medical and Biological Research. Vol. 50, No. 9 (2017): e6188.
  11. Saleh, M.H., I. Rashedi, and A. Keating. “Immunomodulatory properties of Coriolus versicolor: The role of polysaccharopeptide.” Frontiers in Immunology. Vol. 8 (2017): 1087.
  12. Hseih, T.C., and J.M. Wu. “Regulation of cell cycle transition and induction of apoptosis in HL‑60 leukemia cells by the combination of Coriolus versicolor and Ganoderma lucidum.” International Journal of Molecular Medicine. Vol. 32, No. 1 (2013): 251–257.
  13. Wang, D.F., N. Lou, and X.D. Li. “Effect of Coriolus versicolor polysaccharide‑B on the biological characteristics of human esophageal carcinoma cell line eca109.” Cancer Biology & Medicine. Vol. 9, No. 3 (2012): 164–167.
  14. Chang, Y., et al. “Preclinical and clinical studies of Coriolus versicolor polysaccharopeptide as an immunotherapeutic in China.” Discovery Medicine. Vol. 23, No. 127 (2017): 207–219.
  15. Matijasevic, D., et al. “The antibacterial activity of Coriolus versicolor methanol extract and its effect on ultrastructural changes of Staphylococcus aureus and Salmonella enteritidis.” Frontiers in Microbiology. Vol. 7 (2016): 1226.
  16. Lim, B.O. “Coriolus versicolor suppresses inflammatory bowel disease by inhibiting the expression of STAT1 and STAT6 associated with IFN‑γ and IL‑4 expression.” Phytotherapy Research. Vol. 25, No. 8 (2011): 1257–1261.
  17. Trovato, A., et al. “Redox modulation of cellular stress response and lipoxin A4 expression by Coriolus versicolor in rat brain: Relevance to Alzheimer’s disease pathogenesis.” Neurotoxicology. Vol. 53 (2016): 350–358.
  18. Jiang, S., Y. Wang, and X. Zhang. “Comparative studies on extracts from Hericium erinaceus by different polarity reagents to gain higher antioxidant activities.” Experimental and Therapeutic Medicine. Vol. 12, No. 1 (2016): 513–517.
  19. Zhang, J., et al. “The neuroprotective properties of Hericium erinaceus in glutamate-damaged differentiated PC12 cells and an Alzheimer’s disease mouse model.” International Journal of Molecular Sciences. Vol. 17, No. 11 (2016): pii: E1810.
  20. Wang, M., et al. “A unique polysaccharide purified from Hericium erinaceus mycelium prevents oxidative stress induced by H2O2 in human gastric mucosa epithelium cell.” PLoS One. Vol. 12, No. 7 (2017): e0181546.
  21. Sheng, X., et al. “Immunomodulatory effects of Hericium erinaceus–derived polysaccharides are mediated by intestinal immunology.” Food & Function. Vol. 8, No. 3 (2017): 1020–1027.
  22. Hiraki, E., et al. “Anti-obesity activity of yamabushitake (Hericium erinaceus) powder in ovariectomized mice, and its potentially active compounds.” Journal of Natural Medicines. Vol. 71, No. 3 (2017): 482–491.
  23. Cui, F., et al. “Protective effects of extracellular and intracellular polysaccharides on hepatotoxicity by Hericium erinaceus.” Current Microbiology. Vol. 73, No. 3 (2016): 379–385.
  24. Trovato, A., et al. “Redox modulation of cellular stress response and lipoxin A4 expression by Hericium erinaceus in rat brain: Relevance to Alzheimer’s disease pathogenesis.” Immunity & Ageing. Vol. 13 (2016): 23.
  25. Furuta, S., et al. “Hericium erinaceus extracts alter behavioral rhythm in mice.” BioMed Research International. Vol. 37, No. 4 (2016): 227–232.
  26. Brandalise, F., et al. “Dietary supplementation of Hericium erinaceus increases mossy fiber-CA3 hippocampal neurotransmission and recognition memory in wild-type mice.” Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine. Vol. 2017 (2017): 3864340.
  27. Zheng, D.S., and L.S. Chen. “Triterpenoids from Ganoderma lucidum inhibit the EBV antigens as telomerase inhibitors.” Experimental and Therapeutic Medicine. Vol. 14, No. 4 (2017): 3273–3278.
  28. Wang, X.L., et al. “Efficient accumulation and in vitro antitumor activity of triterpene acids from submerged batch—Cultured reishi medicinal mushroom, Ganoderma lucidum.” International Journal of Medicinal Mushrooms. Vol. 19, No. 5 (2017): 419–431.
  29. Na, K., et al. “Anticarcinogenic effects of water extract of sporoderm-broken spores of Ganoderma lucidum on colorectal cancer in vivo.” International Journal of Oncology. Vol. 50, No. 5 (2017): 1541–1554.
  30. Zhang, Y. “Ganoderma lucidum (reishi) suppresses proliferation and migration of breast cancer cells via inhibiting Wnt/B-catenin signaling.” Biochemical and Biophysical Research Communications. Vol. 488, No. 4 (2017): 679–684.
  31. Barbieri, A., et al. “Anticancer and anti-inflammatory properties of Ganoderma lucidum extract effects on melanoma and triple-negative breast cancer treatment.” Nutrients. Vol. 9, No. 3 (2017): pii: E210.
  32. Sun, X.Z., et al. “Neuroprotective effects of Ganoderma lucidum polysaccharides against oxidative stress-induced neuronal apoptosis.” Neural Regeneration Research. Vol. 12, No. 6 (2017): 953–958.
  33. Chiu, H.F., et al. “Triterpenoids and polysaccharide peptides-enriched Ganoderma lucidum: A randomized, double-blind placebo-controlled crossover study of its antioxidation and hepatoprotective efficacy in volunteers.” Pharmaceutical Biology. Vol. 55, No. 1 (2017): 1041–1046. 

 

 Anne Hussain, ND

 Dre Anne est passionée par le fait d’aider les gens à
 mener une vie plus saine et plus remplie, et aime aider
 les femmes à se sentir fortes et dynamiques dans leur
 corps, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 www.annehussain.com