Contactez-nous : 1 800 268-9486
Page d’accueil > Santé

Produits de santé naturels pendant la grossesse : Amélioration de la santé générationnelle

Le fascinant domaine émergent, les « origines fœtales de la maladie adulte », décrit l’impact que les facteurs environnementaux in utero peuvent avoir sur la santé à long terme de l’enfant [1]. Par exemple, le poids à la naissance et d’autres mesures de la croissance fœtale, ainsi que le stress maternel pendant la grossesse, ont été associés à un risque de maladie chronique chez l’adulte, y compris les maladies cardiovasculaires et métaboliques [2][3]. Des données scientifiques montrent que certains produits de santé naturels peuvent également réduire le risque de maladie à long terme du bébé.

Le meilleur exemple de l’effet des nutriments sur le développement est l’acide folique. L’acide folique diminue le risque de défauts du tube neural [4]. De plus, la prise d’une multivitamine pendant la grossesse réduit notamment le risque de cinq autres malformations congénitales, y compris les malformations cardiaques, ainsi que de trois cancers infantiles, dont la leucémie et les tumeurs cérébrales pédiatriques [5][6]. Nous préconisons la prise d’une multivitamine sans vitamine A ni bêta‑carotène, compte tenu de la tératogénicité de la vitamine A ainsi que de son faible AQR pendant la grossesse (2500 UI), qui est facilement obtenu à partir de l’alimentation seulement ; les carences en vitamine A sont pratiquement inexistantes en Amérique du Nord [7][8][9].

L’acide docosahexaénoïque (ADH) est bien connu pour ses effets bénéfiques sur le développement neurologique [10]. L’ADH est un composant majeur de la membrane phospholipidique bicouche des neurones, et il y a une augmentation rapide, au troisième trimestre, de la proportion d’acides gras oméga‑3 dans le cerveau, la rétine, et le foie du fœtus [11]. L’ADH est impliqué dans le développement des synapses ou jonctions de communication entre les neurones, le métabolisme des neurotransmetteurs, et le développement de la rétine [12]. Des études ont démontré que la supplémentation en huile de poisson pendant la grossesse améliore les mesures de l’intelligence chez les enfants, y compris le traitement mental, la coordination œil-main, et la résolution de problèmes [13][14][15]. La consommation de poisson pendant la grossesse a été associée à une hausse du QI verbal, du comportement social, de la motricité fine, de la communication, et des scores de développement social [16].

L’acide eicosapentaénoïque (AEP) est souvent négligé dans ce cadre ; cependant, compte tenu de la prévalence des troubles de l’humeur pendant la grossesse ou après l’accouchement, il est important de coadminister l’AEP avec l’ADH en raison de ses effets bénéfiques sur l’humeur [17]. Plusieurs méta-analyses ont démontré que l’usage d’une huile avec un rapport d’AEP:ADH de 2:1 ou plus est nécessaire pour obtenir des effets antidépresseurs et stabilisateurs de l’humeur, et qu’un taux plus élevé d’AEP est associé à de meilleurs effets antidépresseurs [18][19]. L’AEP peut également améliorer l’impact de l’ADH, puisqu’il régule à la hausse les protéines de transport de l’acide gras dans le placenta, augmentant ainsi le transfert de l’ADH au fœtus [20]. Un rapport d’AEP:ADH de 2:1 est donc un type d’huile de poisson idéal pour la supplémentation pendant la grossesse.

La prise d’huile de poisson pendant la grossesse réduit également le risque de maladie allergique chez l’enfant [21]. Cela comprend le risque d’exéma, d’asthme, et d’allergies. La prise de 2 à 4 g d’AEP et d’ADH combinés a été associée à une augmentation du nombre de cellules régulatrices T, des cellules impliquées dans l’amortissement d’une réponse immunitaire hyperactive [22]. De même, l’huile de poisson a été associée à une diminution de l’incidence de l’allergie alimentaire et de l’exéma [23], et à une réduction du risque d’asthme à l’âge de 16 ans [24].

Les probiotiques sont comme des adaptogènes pour le système immunitaire. Ils peuvent stimuler la réponse immunitaire si elle est altérée, mais ils peuvent également favoriser l’induction de la tolérance. De multiples essais menés sur des humains ont démontré que la prise de probiotiques par la mère au cours des derniers trois à six mois de grossesse, ainsi que leur administration au bébé au cours des six premiers mois de sa vie, peut réduire considérablement le développement de l’exéma, de l’asthme, et des allergies [25][26]. Une méta-analyse récente a examiné 17 études, auprès de 4755 enfants, et a constaté que la supplémentation en probiotiques pendant la grossesse et la petite enfance a été associée à un risque réduit de 22 % d’exéma par rapport aux enfants non traités, et cela a été particulièrement marqué chez les enfants qui ont reçu un mélange de probiotiques [27] ; ces enfants avaient un risque réduit de près de 50 %. Une autre méta-analyse a révélé que la supplémentation probiotique pendant la grossesse et la petite enfance peut réduire le risque d’atopie ainsi que l’hypersensibilité alimentaire chez les nourrissons [28].

Le mécanisme de cet effet semble être lié à l’absorption d’espèces probiotiques à partir des intestins maternels. Une nouvelle découverte intrigante est que le placenta abrite un microbiome unique [29]. De plus, en fin de grossesse et pendant l’allaitement, une voie bactérienne entéromammaire (de l’intestin aux seins) est établie, à travers laquelle des cellules immunitaires spécialisées sélectionnent des bactéries spécifiques du tractus intestinal maternel, et les conduisent par le biais de la circulation sanguine, aux glandes mammaires, où elles entrent dans le lait maternel et colonisent l’intestin du nourrisson [30][31].

Des données d’observation suggèrent que le statut de la vitamine D de la mère est associé à un risque réduit de respiration sifflante et à une meilleure réponse au traitement (effet bronchodilatateur) chez l’enfant [32]. Une méta-analyse des données de cohorte a constaté qu’un risque réduit d’asthme était associé à des niveaux de 25(OH)D maternels de 70 nmol/L [33]. Les données d’une étude de cohorte à grande échelle sur la prise de suppléments d’huile de foie de morue, contenant des acides gras oméga‑3 et de la vitamine D, pendant la grossesse indique que la supplémentation est associée à une réduction de 70 % du risque de diabète de type 1 chez l’enfant [34].

D’autres données suggèrent qu’une carence maternelle en vitamine D entraine une augmentation de l’exposition du fœtus aux hormones glucocorticoïdes comme le cortisol (« l’hormone du stress »), ce qui peut affecter la programmation du cerveau du fœtus en ce qui concerne la régulation de la réponse au stress (axe HPA) et peut avoir un impact sur la croissance fœtale in utero [35][36].

En conclusion, la grossesse est une fenêtre particulièrement sensible au cours de laquelle la santé générale à long terme peut être déterminée. Il existe des preuves suffisantes pour justifier la prise prénatale de suppléments nutritifs spécifiques, dont l’acide folique et les multivitamines, les acides gras oméga‑3 riches en AEP et en ADH, les probiotiques multisouches, et la vitamine D.

RÉFÉRENCES

  1. Calkins, K., et S.U. Devaskar. « Fetal origins of adult disease. » Current Problems in Pediatric and Adolescent Health Care. Vol. 41, N° 6 (2011): 158–176.
  2. Chukwuma, C. Sr., et J. Tuomilehto. « The ‘thrifty’hypotheses: Clinical and epidemiological significance for non–insulin-dependent diabetes mellitus and cardiovascular disease risk factors. » Journal of Cardiovascular Risk. Vol. 5, N° 1 (1998): 11–23.
  3. Barker, D.J., et autres. « Weight in infancy and death from ischaemic heart disease. » Lancet. Vol. 2, N° 8663 (1989): 577–580.
  4. Goh, Y.I., et autres. « Prenatal multivitamin supplementation and rates of congenital anomalies: A meta-analysis. » Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada. Vol. 28, N° 8 (2006): 680–689.
  5. Goh, Y.I., et autres. ‘Prenatal multivitamin supplementation and rates of pediatric cancers: A meta-analysis. » Clinical Pharmacology and Therapeutics. Vol. 81, N° 5 (2007): 685–691.
  6. Goh, Y.I., et autres. « Prenatal multivitamin supplementation and rates of congenital anomalies: A meta-analysis. » Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada. Vol. 28, N° 8 (2006): 680–689.
  7. Adams, J. « The neurobehavioral teratology of retinoids: A 50‑year history. » Birth Defects Research. Part A, Clinical and Molecular Teratology. Vol. 88, N° 10 (2010): 895–905.
  8. Higdon, J. Vitamin A. Micronutrient Information Center, Linus Pauling Institute, Oregon State University. · http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/vitamins/vitaminA/ · Mise à jour en 2007.
  9. Ballew, C., et autres. « Serum retinol distributions in residents of the United States: Third National Health and Nutrition Examination Survey, 1988–1994. » The American Journal of Clinical Nutrition. Vol. 73, N° 3 (2001): 586–593.
  10. Henriksen, C., et autres. « Improved cognitive development among preterm infants attributable to early supplementation of human milk with docosahexaenoic acid and arachidonic acid. » Pediatrics. Vol. 121, N° 6 (2008): 1137–1145.
  11. Simopoulos, A.P. « Summary of the NATO advanced research workshop on dietary omega‑3 and omega‑6 fatty acids: Biological effects and nutritional essentiality. » The Journal of Nutrition. Vol. 119, N° 4 (1989): 521–528.
  12. Innis, S.M. « Essential fatty acids in infant nutrition: Lessons and limitations from animal studies in relation to studies on infant fatty acid requirements. » The American Journal of Clinical Nutrition. Vol. 71, N° 1 Suppl. (2000): 238S–244S.
  13. Helland, I.B., et autres. « Maternal supplementation with very-long-chain n‑3 fatty acids during pregnancy and lactation augments children’s IQ at 4 years of age. » Pediatrics. Vol. 111, N° 1 (2003): e39–e44.
  14. Judge, M.P., O. Harel, et C.J. Lammi-Keefe. « Maternal consumption of a docosahexaenoic acid–containing functional food during pregnancy: Benefit for infant performance on problem-solving but not on recognition memory tasks at age 9 mo. » The American Journal of Clinical Nutrition. Vol. 85, N° 6 (2007): 1572–1577.
  15. Dunstan, J.A., et autres. « Cognitive assessment of children at age 2½ years after maternal fish oil supplementation in pregnancy: A randomised controlled trial. » Archives of Disease in Childhood. Fetal and Neonatal Edition. Vol. 93, N° 1 (2008): F45–F50.
  16. Hibbeln, J.R., et autres. « Maternal seafood consumption in pregnancy and neurodevelopmental outcomes in childhood (ALSPAC study): An observational cohort study. » Lancet. Vol. 369, N° 9561 (2007): 578–585.
  17. Sublette, M.E., et autres. « Meta-analysis of the effects of eicosapentaenoic acid (EPA) in clinical trials in depression. » The Journal of Clinical Psychiatry. Vol. 72, N° 12 (2011): 1577–1584.
  18. Mocking, R.J., et autres. « Meta-analysis and meta-regression of omega‑3 polyunsaturated fatty acid supplementation for major depressive disorder. » Translational Psychiatry. Vol. 6 (2016): e756.
  19. Hallahan, B., et autres. « Efficacy of omega‑3 highly unsaturated fatty acids in the treatment of depression. » The British Journal of Psychiatry. Vol. 209, N° 3 (2016): 192–201.
  20. Larqué, E., et autres. « Placental transfer of fatty acids and fetal implications. » The American Journal of Clinical Nutrition. Vol. 94, N° 6 Suppl. (2011): 1908S–1913S.
  21. Furuhjelm, C., et autres. « Fish oil supplementation in pregnancy and lactation may decrease the risk of infant allergy. » Acta Paediatrica. Vol. 98, N° 9 (2009): 1461–1467.
  22. Denburg, J.A, et autres. « Fish oil supplementation in pregnancy modifies neonatal progenitors at birth in infants at risk of atopy. » Pediatric Research. Vol. 57, N° 2 (2005): 276–281.
  23. Furuhjelm, C., et autres. « Fish oil supplementation in pregnancy and lactation may decrease the risk of infant allergy. » Acta Paediatrica. Vol. 98, N° 9 (2009): 1461–1467.
  24. Olsen, S.F., et autres. « Fish oil intake compared with olive oil intake in late pregnancy and asthma in the offspring: 16 y of registry-based follow-up from a randomized controlled trial. » The American Journal of Clinical Nutrition. Vol. 88, N° 1 (2008): 167–175.
  25. Crane, J.; Probiotic Study Group. « A differential effect of 2 probiotics in the prevention of eczema and atopy: A double-blind, randomized, placebo-controlled trial. » The Journal of Allergy and Clinical Immunology. Vol. 122, N° 4 (2008): 788–794.
  26. Pelucchi, C., et autres. « Probiotics supplementation during pregnancy or infancy for the prevention of atopic dermatitis: A meta-analysis. » Epidemiology. Vol. 23, N° 3 (2012): 402–414.
  27. Zuccotti, G., et autres.; Italian Society of Neonatology. « Probiotics for prevention of atopic diseases in infants: Systematic review and meta-analysis. » Allergy. Vol. 70, N° 11 (2015): 1356–1371.
  28. Zhang, G.Q., et autres. « Probiotics for prevention of atopy and food hypersensitivity in early childhood: A PRISMA-compliant systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. » Medicine. Vol. 95, N° 8 (2016): e2562.
  29. Aagaard, K., et autres. « The placenta harbors a unique microbiome. » Science Translational Medicine. Vol. 6, N° 237 (2014): 237ra65.
  30. Rodríguez, J.M. « The origin of human milk bacteria: Is there a bacterial entero-mammary pathway during late pregnancy and lactation? » Advances in Nutrition. Vol. 5, N° 6 (2014): 779–784.
  31. Fernández, L., et autres. « The human milk microbiota: Origin and potential roles in health and disease. » Pharmacological Research. Vol. 69, N° 1 (2013): 1–10.
  32. Devereux, G., et autres. « Maternal vitamin D intake during pregnancy and early childhood wheezing. » The American Journal of Clinical Nutrition. Vol. 85, N° 3 (2007): 853–859.
  33. Song, H., L. Yang, et C. Jia. « Maternal vitamin D status during pregnancy and risk of childhood asthma: A meta-analysis of prospective studies. » Molecular Nutrition & Food Research. 16 décembre 2016. [Epub avant impression]
  34. Stene, L.C., et autres. « Use of cod liver oil during pregnancy associated with lower risk of Type I diabetes in the offspring. » Diabetologia. Vol. 43, N° 9 (2000): 1093–1098.
  35. Yates, N., R.C. Crew, et C. Wyrwoll. « Vitamin D deficiency and impaired placental function: Potential regulation by glucocorticoids? » Reproduction. Vol. 153, N° 5 (2017): R163–R171.
  36. Tesic, D., et autres. « Vitamin D deficiency in BALB/c mouse pregnancy increases placental transfer of glucocorticoids. » Endocrinology. Vol. 156, N° 10 (2015): 3673–3679.